Marisa Ferreira – Depth, Space & Colour. 29/05-24/08/2016

La dernière exposition de la Portugaise Marisa Ferreira dans la GALERIE MESSMER avait un grand succès: Tous les oeuvres ont été vendues. Agé de 33 ans seulement, l’artiste était déjà représenté dans de nombreuses expositions de l’Amérique à la Chine. Elle est fermement ancrée dans le monde de l’art international.

Marisa Ferreira est présente dans de nombreux lieux publics et collections avec ses œuvres grand format. Par exemple, il y avait une installation monumentale sur la façade de la gare centrale d’Oslo. Parmi les collections publiques dans lesquelles Ferreira est représentée se trouve le Musée Stavager, Norvège.

Elle combine les trois composantes principales de la couleur, de la forme et de l’espace pour créer des compositions tridimensionnelles. Le mouvement du spectateur est mis à l’épreuve : ce n’est qu’en marchant autour de l’œuvre que les différents motifs et structures de couleurs avec leurs différentes facettes peuvent être vécus de manière sensuelle ! Le résultat est un continuum spatio-temporel qui intègre le point de vue du spectateur directement dans l’image et va donc au-delà de la rencontre visuelle passive avec l’œuvre.

Marisa Ferreira s’inspire des théories scientifiques sur la perception et la phénoménologie humaines. Dans ses œuvres, principalement composées d’aluminium et de contreplaqué, elle les traduit en séquences thématiques.

L’art s’inspire des séquences naturelles de nombres de Leonardo Fibonacci. Elle reste fidèle à son concept de structures « Zigzag » dans ses nouvelles œuvres. Ils sont également influencés par les idées du philosophe Maurice Merlau-Ponty et du physicien allemand Werner Heisenberg. Surtout, le modèle de mécanique quantique de Heisenberg se retrouve dans son expression de la relation espace-temps. Les œuvres changent en fonction de l’angle de vue. Le visiteur devient ainsi une partie active de son travail. Ferreira transmet ainsi des liens sociaux sur la base des thèses de Merleau-Ponty. Il est souligné que le sujet individuel est toujours dans une relation très personnelle avec son environnement et son environnement social.