Michel Kirch – The origin of light. 06/07-10/09/2017

   L`horizon vertical, 2011, Harman Fine Art auf Dibond unter Diasec, 100 x 80 cm

Michel Kirch, photographe de renommée mondiale, présente pour la première fois en Allemagne une sélection de ses œuvres primées à la GALERIE MESSMER !

Depuis janvier 2017, la longue liste de ses prix internationaux comprend également le prix convoité du « Meilleur photographe monochrome de l’année ». En mars 2017, il remporte le « 32e Concours international des beaux-arts de Chelsea (Manhattan) » et reçoit le prix « Creative Quarterly 2017 (Fine Art Professional) ». La liste pourrait être poursuivie.

L’artiste, né en 1959 à Metz/France, crée des œuvres impressionnantes, parfois monumentales, qui vont au-delà des critères esthétiques classiques. Les photographies envoûtantes, d’une intensité presque troublante, ont immédiatement jeté un sort sur le spectateur, déclenchant un véritable flot d’émotions.

L’intérêt principal de l’artiste n’est pas la documentation de paysages réels existants. Il expérimente l’effet subjectif que ses « paysages intérieurs, les géographies de l’âme » déclenchent chez le spectateur.

Le défi le plus grand et le plus passionnant pour Kirch est la construction d’une fiction à partir des blocs de construction et des matériaux de la réalité – ce qu’il réussit vraiment avec brio ! Il crée de la poésie à partir d’éléments visuels picturaux visuels imbriqués qui semblent surréalistes plutôt qu’irréels par l’aliénation de la réalité.

Kirch compose et construit des paysages énigmatiques et des paysages urbains en partie apocalyptiques, qu’il compose à partir de divers de ses plans individuels. Il est toujours à la recherche de sa « propre version de la réalité », un lieu onirique, presque mystique, caché sous la surface du visible et du tangible.

Il crée ainsi des mondes fantastiques pleins d’ombres et de lumières à la frontière entre réalité et fiction, dans lesquels les figures humaines souvent déshabillées errent à la recherche de figurants épars ou semblent se fondre dans le sol pictural détaillé.

Malgré la monochromie retirée, les œuvres de Kirch ne paraissent pas sombres, mais rayonnent d’un grand calme et d’une esthétique incomparable. Et le message urgent de l’artiste que « la réalité unique, absolue et universellement valable » n’existe plus dans notre monde de la numérisation et de la mise en réseau.

Informations sur l’artiste : www.michelkirch.com